Catégories
Informations

A propos du nouveau compteur d’ENEDIS (ERDF) LINKY

Du côté d’ENEDIS, l’argument principal est une meilleure gestion du réseau :
  • Les compteurs Linky devraient permettre à ENEDIS d’avoir un retour en temps réel, de la demande en électricité. Cela devrait permettre de mieux gérer le réseau de distribution et éviter le blackout que nous frôlons chaque hiver.
  • L’implantation de Linky est aussi prévue pour faire face à l’augmentation des voitures électriques. sur le marché automobile (anticipation d’une demande de recharge des voitures sur un même créneau horaire, traditionnellement à 19h-20h).
  •  Les compteurs devraient aussi aider à mieux gérer le déploiement des énergies renouvelables (photovoltaïque et éolien) en renvoyant toujours en temps réel, la production du privé qui arrive sur le réseau.
  • En cas d’intempéries et de coupure sur le réseau, ENEDIS pense intervenir plus vite, les compteurs aidant à mieux localiser à distance, le lieu exact de la panne des câbles du réseau.
  • Des fonctions seront possibles sans déplacement d’un technicien d’ENEDIS:
    • certaines opérations de maintenance
    • l’ouverture de compteur
    • modification de la puissance demandée
    • fermeture de compteur
    • limitation de puissance en cas d’impayé.
    • relève au réel de la consommation ( suppression des estimations, avec parfois le problème des réajustements de facture).
  • L’offre d’un plus grand choix d’abonnement sera possible, avec des puissances plus précises qu’actuellement et des tranches tarifaires mieux ajustées à notre consommation. Aujourd’hui, vous avez le choix des tranches de puissance tous les 3 kW, “3 kVA / 6 kVA / 9 kVA / 12 kVA / 15 kVA et il existe au maximum 3 tranches horaires pour le tarif « heures creuses ».
    Mais malheureusement « pour pouvoir faire une offre plus adaptée au client, le fournisseur a besoin d’une courbe de charge sur 12 mois, à cause de la saisonnalité des besoins. Or, le compteur stocke quatre mois de consommation, plus le mois en cours, par pas d’une heure. Pour disposer de 12 mois de consommation, il faut donc attendre au moins sept mois pour que le fournisseur puisse présenter une offre adaptée. »*

* (Le moniteur ‘Le déploiement du compteur linky‘ 19 mai 2017 n°5922)

Les questions que soulèvent ces nouveaux compteurs :
  • Le coût du remplacement de nos vieux compteurs. Des estimations tablent sur 5 milliards d’euros. Qui va réellement payer ? Pour information, l’Allemagne a stoppé l’implantation de ce genre de compteurs, en raison de leur coût bien trop élevé.
  • Les donnés de la consommation, ne pourront être consultées que sur internet et non en lecture directe sur le compteur. N’y a-t-il pas une discrimination pour une tranche de la population, qui ne peut pas avoir facilement accès à ces données ? Ces personnes vont gérer comment leur consommation ?

    D’autant plus que le compteur linky a été aussi prévue pour faciliter le client à mieux maîtriser son énergie.

    Certes la possibilité de mettre en place à la demande du client (et certainement au frais de l’usagé) d’un module en radio fréquence (ERL émeteur radio linky) fonctionnant en Zigbee (technologie proche du Bluetooth) ou KNX afin que celui-ci, à  l’aide d’un afficheur, puisse suivre sa consommation en temps réelle. Mais cela reste fastidieux a mettre en place et onéreux pour le client. L’option pour avoir sur smartphone les données de sa consommation est presque inexistante.

    Imaginez le rayonnement que cela pourrait donner dans un immeuble avec 10 compteurs dans le hall d’entrée pour l’habitant du RDC.
  • Se pose aussi la question de la confidentialité des données récoltées par ENEDIS ? En principe, elles ne devraient pas être diffusées à des fins commerciales. Cependant, c’est au consommateur à faire très attention au respect de la confidentialité des données et à faire valoir c’est droits d’utilisateur, au moment de l’installation du compteur. Et pour un logement déjà équipé d’un compteur Linky ?
  • Quelle protection concernant d’éventuels piratages ? Il n’est pas exclu que des hackeurs piratent le signal des compteurs, afin de récupérer les données et déterminent les moments de présence, ou le nombres de personnes présentes . Ce genre d’actions peut être menées à des fin malhonnêtes ( comme des cambriolages) ou pour des actes malveillants ( coupures, modification des puissances, etc).
  • Comment éviter des perturbations techniques entre des compteurs Linky et certains systèmes domotiques domestiques (en autre de la marque Marmitek) ? Des problèmes se sont déjà rencontrés et la seul réponse d’ENEDIS est d’installer un filtre passe haut, au frais du client, puisque après le compteur, ce n’est plus de leur domaine.
Concernant la santé des usagers.

Le questionnement majeur provient de la communication entre les compteurs LINKY et les concentrateurs de quartier en CPL G3.
Le CPL G3 exploite les bandes de fréquence comprises entre 10 kHz et 490 kHz (Basses Fréquences, normalement 63.3 k Hz et 75 kHz avec une modulation S-FSK).
D’autant plus qu’en raison de la portée limitée du signal des compteurs, les compteurs d’une même grappe peuvent servir de relais pour faire remonter ou redescendre l’information depuis les compteurs les plus éloigné du concentrateur. Ainsi un compteur linky véhicule les informations propre à sa fonction de comptage et, selon les cas, celles des six compteur supplémentaires, voir plus.

Ce nouveau réseau va encore augmenter considérablement la pollution électromagnétique de notre environnement. Et à ce jour, ENEDIS n’envisage aucune option de protection sanitaire, afin de limiter de nouveau rayonnement. Même si on connaît déjà le phénomène de courant dit sale, (superposition d’hyperfréquence sur du 50 Hz) que l’on peut retrouver avec des onduleurs de panneaux photovoltaïques, des moteurs de PAC ( pompe à chaleur), les ampoules à décharges, il existe des filtres.

Pourquoi ENEDIS n’installe pas en même temps, en sortie de compteur, un filtre suffisamment calibré en puissance, pour protéger l’installation domestique et ses occupants ?

Une augmentation des radiofréquences va également exister, avec les communications sur le réseau téléphonique, entre les concentrateurs de quartier et le central.

Depuis une trentaine d’années, l’ENEDIS utilise un système de télécommande appelé PULSADIS. Ce dernier permet depuis les centres de distribution à moyenne tension, de déclencher le changement de tarif des compteurs à l’heure voulue, et facultativement d’autres services comme l’éclairage public, etc.
Ce système repose sur l’injection dans le secteur de signaux selon un code que les récepteurs reconnaissent et qui leur donne l’ordre d’effectuer les commutations correspondant aux signaux qu’ils sont censés reconnaître. Ce signal porteur est à 175 Hz avec une amplitude minimum de 0,9% de la tension nominale du secteur, soit 2,3V.
Jusqu’à présent, le signal « heures creuses/ heures pleines » n’émettait qu’au moment du déclenchement. Avec le signal du compteur Linky, la communication sera régulière tout au long de la journée.

Il y a possibilité de refuser l’installation du compteur LINKY, en envoyant une lettre à ENEDIS avant l’installation.

Voici le lien pour le modèle de courrier proposé par l’association Robin des toits. Lettre

EN BREF

Le compteur Linky génère 1 impulsion environ toutes les 4 à 10 s jour et nuit dans tous conducteurs électriques de l’habitation.

Et vous récupérez aussi les impulsions générées par les compteurs Linky des voisins.

La solution la plus efficace est de faire installer un filtre passe-bas à l’entré de votre installation au tableau électrique. Ce type d’appareil va littéralement filtrer les fréquences traversantes qui ne sont pas du courant 50 Hz et empêchera de fait le relevé détaillé de votre consommation d’électricité par le compteur Linky qui ne pourra alors, fournir qu’une lecture de consommation globale (puissance appelée et quantité consommée).

Attention : Le filtre ne réduit pas les champs électriques rayonnés par vos câbles ou appareils dans votre installation électrique.

Ce filtre ne fait pas obstacle au bon fonctionnement de votre compteur Linky. Il ne fait que bloquer les intrusions CPL vers votre logement. Le but d’un compteur électrique, intelligent ou pas, est de compter votre consommation. Il n’a pas à envoyer de courant perturbateur sur votre réseau privé dans le but futur de capter vos données de consommation.
Vous avez parfaitement le droit en tant que citoyen de vous protéger des effets néfastes d’une technologie imposée par votre fournisseur Enedis, en l’occurrence, l’envoi de courant CPL dans votre habitation.

Votre Linky continuera de remplir sa mission en comptant comme il se doit votre consommation. Il continuera d’envoyer en CPL vos relevés de consommation vers le concentrateur le plus proche, mais il ne pourra plus en envoyer chez vous.

Pose de filtre CPL pour les compteurs communicants linky

Vidéo : Linky, faut-il avoir peur du nouveau compteur ?
On n’est plus des pigeons !
vidéo origine YouTube

https://youtu.be/QUDuA8UYUKQ
Catégories
Informations

Les maisons en bois

Les maisons en bois ou structure bois, comme les matériaux naturels paille, bétons de chanvre, bien que non conducteur, ils diffusent les champs électriques et amplifient la problématique de pollution électrique à l’intérieur de l’habitat.
C’est pourquoi de t’elle construction nécessitent une attention toute particulière pour leur installation électrique. Étant donné que le bois a la propriété de coupler les champs électriques, en raison de son taux d’humidité résiduelle et de sa structure fibreuse. En effet, les champs électromagnétiques ont moins la possibilité de s’écouler naturellement à la terre que dans les maisons en béton ou en briques.  Il est donc essentiel d’anticiper et d’être très vigilant au plan d’implantation des câbles électriques, afin de protéger au maximum les emplacements où l’on risque de rester (lits, bureau, fauteuils, …).

Attention aussi à ce qu’il y a derrière une cloison: Utiliser une installation blindée, afin de limiter le rayonnement des champs électriques.

L’utilisation de câblage blindé est presque nécessaire s’il on veut avoir un habitat sain et qui fasse respirer le bien être.
Une prise de terre la plus performante possible est nécessaire pour l’évacuation des champs électriques.

Nous vous proposons une étude approfondie, pour une implantation électrique la moins rayonnante possible et la conception d’une installation avec des câbles ou fil blindé ou le système des gaines Flay a Ray (voir vidéo).

Catégories
Informations

Les normes Biocompatibles

Les risques liés aux champs électromagnétiques dépendent de plusieurs facteurs:

  • L’intensité du champ électrique ou du champ magnétique.
  • Le temps d’exposition aussi bien par jour que le nombre d’années.
  • Le moment de l’exposition, car il y a par exemple une plus grande sensibilité pendant le sommeil.
  • La présence simultanée de champ électrique et de champ magnétique. Le cumul des champs électromagnétique peut être un facteur important.
  • La sensibilité de chaque personne est variable. On peut même être plus sensible à certaine fréquences.

Différentes normes selon les pays :

Champs électriquesChamps magnétiques
France
exposition résidentielle (24h/24)
5 000 V/m1 000 mG
exposition professionnelle (8h/j)10 000 V/m5 000 mG
Suède10 V/m2 mG
États-Unis 2 mG
Russie18 mG

10 mG = 1000 nT =  1 microtesla

Normes recommandées pour les installations biocompatibles :

inférieur àet si possible inférieur à et si possible
aux emplacement des lits5 V/m2 V/m0.5 mG / 50 nT0.2 mG / 20 nT
espaces de vie10 V/m5 V/m 1 mG / 100 nT 0.5 mG / 50 nT
les lieux de passage20 V/m5 V/m 4 mG / 400 nT

La principauté de Monaco à publié le 26 novembre 2010 une ordonnance visant à limiter le champ des ondes électromagnétique:  fichier du journal officiel PDF.

Allez regarder : Quelles distances de sécurité par rapport aux lignes Électriques ?

Catégories
Informations

L’électricité et la santé

L’influence de l’électricité

L’électricité n’est pas sans danger, nous le savons tous.

Des précautions indispensables, des normes obligatoires doivent scrupuleusement être suivies et respectées pour nous préserver d’un éventuel accident.

Les enfants, comme les parents, sont informés des risques encourus en cas de manipulation erronée de fils électriques.

Des panneaux, ça et là, nous rappellent ces dangers : « Poste de transformation, haute tension, « DANGER DE MORT », « Défense absolue de toucher aux fils électriques, même tombés à terre… ». Des normes interdisent l’installation d’interrupteurs, de certains socles de prises de courant, appareils d’éclairage, etc., à l’intérieur d’un volume de protection déterminé par l’emplacement de la baignoire ou de la douche. Les prises de terre des installations électriques doivent répondre à des normes précises de réalisation. Fusibles, tableaux de répartition et câbles conducteurs ont également été améliorés pour notre sécurité. De nouvelles prises de courant sont munies d’un ingénieux dispositif qui empêche les jeunes enfants d’introduire un objet dans une des alvéoles de la prise. Comme nous le voyons, d’innombrables mesures ont été prises pour éviter tous risques d’électrocution.

Cependant, si nous sommes effectivement prévenus des réels dangers de l’électricité, aucune information n’est faite sur les effets inhérents à la proximité ou à la promiscuité de ses champs électriques et magnétiques avec l’être humain.

Chacun est conscient des dangers immédiats de l’électricité (brûlures, électrocution), mais personne ne soupçonne les autres dangers plus pernicieux qui ne pourront être observés qu’après plusieurs années d’exposition. La pollution électromagnétique n’a pas de symptôme immédiat chez l’humain. A notre insu, elle fatigue et perturbe. Plus le progrès avance et plus la pollution électromagnétique nous entoure.

(Extrait de « Votre Maison est-elle nocive ? Thierry GAUTIER, p.53)

Action sur la santé

Les champs électromagnétiques ont une influence capitale sur les organismes vivants. Ils agissent sur les composants de notre corps (les atomes et les molécules), sur le système nerveux périphérique (nerf, moelle épinière…) et le système nerveux central (cerveau).

Sur les molécules

Notre corps tout entier est composé de molécules, elles-mêmes constituées d’atomes. Les molécules sont les plus petits éléments vivants de notre corps. Elles sont tenues par des champs électromagnétiques naturels et adoptent une configuration dans l’espace sous leur influence. Cette forme est primordiale à leur fonctionnement. Nous savons que les champs électromagnétiques artificiels bouleversent cette harmonie.

Sur le système nerveux

Les influx et les neurotransmissions utilisent des processus électrochimiques pour leur propagation. Ces phénomènes sont particulièrement sensibles aux champs électromagnétiques artificiels.

Tous les champs électriques naturels, biologiques, sont émis en mode continu et à très faibles voltages, les courant artificiels sont en alternatif avec des voltages très élevés.

Si nous ne pouvons la supprimer,
il nous faut la domestiquer de toute urgence.

(Extrait du « Manuel de géobiologie » Ange-Jaques SÉNO, p.92)

Même si actuellement de nombreuses études existent sur l’impact des rayonnements électromagnétiques sur l’être humain, elles ne font malheureusement pas l’objet d’un consensus, à l’origine d’une réglementation complète en France. En effet, le problème n’est pas de déterminer quels sont les effets directs nocifs de pareils rayonnements, mais de connaître leurs effets à long terme et les seuils acceptables. Car, ces champs électromagnétiques constituent une pollution invisible et discrète bien réelle. Ainsi certain pays comme la Suède, par exemple, ont déjà légiféré sur cette question. Vous pouvez aller regarder les normes qui existent déjà (Les normes).

C’est pour cela que l’établissement d’une cartographie électromagnétique de votre habitat permet de localiser ces champs et de déterminer s’ils sont acceptable ou pas pour notre bien être.

Compléments d’informations sur la santé : 
Interview à Radio Courtoisie le 22/11/2013, du Professeur Dominique Belpomme, médecin, professeur émérite de cancérologie à l’Université de Paris VII, président de l’ARTAC.
Il était l’invité de Paul Deheuvels pour une émission consacrée aux dangers des ondes électromagnétiques.

Professeur D BELPOMME

1er partie de l’interview du 22/11/2013 fichier mp3 (54 Mo)

2e  partie de l’interview du 22/11/2013 fichier mp3 (52 Mo)

3e  partie de l’interview du 22/11/2013 fichier mp3 (47 Mo)

Source Youtube.fr

Catégories
Informations

Les lignes électriques très haute tension THT

Quelles distances de sécurité par rapport aux lignes Électriques ?

Le réseau français (qui se situe à 65 % en milieu agricole et à 15 % en milieu forestier) compte près de 100000 km de lignes à très haute, haute et moyenne tension, et 100 000 pylônes qui dépassent parfois 55 m de hauteur pour acheminer l’électricité à partir des centrales thermiques ou nucléaires vers les différents points d’utilisation. Un quart des lignes sont en 400 000 volts, un quart en 225 000 volts et le reste en haute tension (63 000 et 90 000 volts, selon les déclarations de M. Dominique Maillard, président de RTE, le 29 janvier 2009).

Même s’il existe des distances minimales pour surplomber des bâtiments : 4,7m pour une ligne THT 225 000 volts et 6m pour une ligne de 400 000 volts. Ces distances de sécurité face au risque d’incendie ne peuvent être confondues avec un éloignement de précaution pour la santé.

OUTILS :
CARTOGRAPHIE DES LIGNES A HAUTE TENSION : Lignes aériennes RTE : https://opendata.rte-france.com
Site de calcule des distances avec les lignes à haute tension : Koumoul calcul distance avec les lignes HT : https://koumoul.com/s/power-lines-distance/
Distance recommandé
pour les lignes très hautes tension THT
Distance de sécurité pour les ligne HT et THT

Vous pouvez aussi identifier la ligne haute tension par la taille des isolateurs.
Le nombres de galettes peut indiquer la puissance de la ligne :

  • 220 Volts (aucun isolateur)
  • 20 000 Volts (2 à 3 galettes)
  • 63 000 Volts (4 à 6 galettes)
  • 90 000 Volts (9 galettes)
  • 225 000 Volts (12 à 14 galettes)
  • 400 000 Volts (19 galettes)

Autres sources électriques

Exemples de mesures des champs électriques des lignes haute tension

CHAMP ÉLECTRIQUE 50 Hz
mesuré en Volts/m au  niveau du sol

Tension Hauteur des conducteurs les plus bas
sous les conducteurs
sous les conducteursà 30 m de l’axe à 100 m de l’axe
Ligne THT 400 kV12 m6 0002 000200
Ligne THT 225 kV9,5 m4 00040040
Ligne HT 63 kV8,5 m 1 1000 10010
Ligne MT 20 kV6m25015<10
Ligne TB 220 V6m1.5<1<1

Source: DGEMP et DGS. Champs électromagnétiques et lignes électrique, 1994, cité dans  le guide de l’habitat sain, p.62   

L’intensité des champs électriques et magnétiques diminue approximativement en fonction de carré de la distance. Si on triple la distance à la source, leur intensité est divisée par neuf.

Exemple de la puissance des champs électromagnétiques d’une ligne THT sur des tubes fluorescents.

Extrait du documentaire « L’Incroyable histoire de l’électricité » 3e partie diffusée sur ARTE HD le 26 mai 2016
(passage entre 2 minutes 6″ et 3 minutes 11″)

Extrait du documentaire « L’Incroyable histoire de l’électricité » 3e partie diffusée sur ARTE HD le 26 mai 2016
(VERSION COMPLÈTE)

Pour information PDF sur les distances de sécurité et de travail autour d’une THT :  

Catégories
Informations

Les hyperfréquences

On utilise des ondes hyperfréquences principalement dans les télécommunications, téléphones portables, les téléphones sans fil (DECT), la WIFI, les systèmes bluetooth, les radars, les systèmes de détection, les fours à micro-onde.

L’unité de mesure

Avec les hyperfréquences, on ne mesure pas les champs électriques et magnétiques séparément. Mais on mesure la densité de puissance en uW/cm² (microwatts pas cm²).

Y-a-t-il des risques ?

Sans entrer dans une polémique, on peut toutefois constater certaines positions du gouvernement ou même d’instance qui nous invitent à prendre un principe de précaution.
On remarque aussi qu’actuellement de nombreux assureurs refusent de couvrir les risques liés à l’émission de champs électromagnétiques, par les antennes-relais. Les compagnies d’assurance ont fait une synthèse des études scientifiques et pour elles en conclusion : « Le risque existe bien ».

Précautions à prendre par rapport aux téléphones portables
 
  • Utiliser les téléphones portables avec modération.
  • Éviter tant que possible de téléphoner en ce déplaçant, afin de réduire au maximum la puissance du récepteur.
  • Éviter aussi de les utiliser dans les zones où les communications sont difficiles, car dans ces conditions ils émettent à pleine puissance. Attention lorsque l’on téléphone chez soi, il peut être préférable de choisir telle ou telle pièce qui sont mieux exposées et où la réception est meilleure, plutôt que telle autre. Même, il peut être préférable d’allez à l’extérieur.
  • Utiliser l’oreillette qui permet de tenir le téléphone éloigné.
  • Éviter de porter à la ceinture ou dans la poche un téléphone portable en veille, car les ondes qu’il émet pénètrent les organes qui sont proches.
  • Il existe des Étuis pour portable Anti-ondes avec protection, en tissus métallique qui limite ou stop le rayonnement des hyper fréquences des portables, vous en trouverez sur le site e-wall et bien d’autres.
  • Pour les utilisations en voiture, faire installer si possible une antenne extérieure.
  • En raison de leur sensibilité plus importante, les enfants devraient éviter d’utiliser les téléphones portables.
  • Les micro-ondes peuvent affecter le fonctionnement d’appareils électroniques, pour cette raison, les téléphones portables sont interdits dans certains lieux, en particulier dans les milieux hospitaliers du fait du risque d’incompatibilité électromagnétique avec des appareils tels que pompes à perfusion, appareils de dialyse, respirateurs. Les stimulateurs cardiaques peuvent être perturbés également. Une distance de sécurité de 20 cm est recommandée aux porteurs de pacemaker.
  • Choisir si possible un téléphone portable qui a un DAS (Débit d’Absorption Spécifique) le plus bas, la norme maximal actuelle est de 2 W/Kg.

Une voiture fait en partie cage de faraday. Les ondes FM ne passent pas à l’intérieur (d’où l’antenne) mais celles des GSM peuvent passer (par les ouvertures -fenêtres, pare-brises non athermiques) mais sont stoppées par le reste, donc le signal est un peu moins bon, contraignant le téléphone à émettre plus fort. Si on ajoute la vitesse qui perturbe la réception, on conclue qu’il vaut mieux ne pas téléphoner longtemps (même en tant que passager) dans une voiture.

Les antennes relais

Sans antennes-relais, le téléphone mobile ne pourrait pas fonctionner. Chaque antenne émet en effet un rayonnement continu qui couvre un certain espace, ou « cellule ». Cette zone cellulaire peut couvrir quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres, de manière à étendre sur le territoire une couverture la plus complète possible (pour connaître les implantations près de chez vous, reportez-vous au site www.cartoradio.fr sur lequel on peut consulter la carte de France des antennes-relais).
De cette façon, les rayonnements émis par les antennes-relais nous concernent tous, que l’on soit utilisateur ou non d’un téléphone mobile, en particulier les riverains des bâtiments sur lesquels sont fixées les antennes.
De nombreux témoignages émanant de personnes habitant à proximité d’antennes-relais ont fait état, ces derniers mois, de troubles divers : maux de tête, fatigue, démangeaisons et maladies de peau, anxiété, etc.
Pour l’heure, la France applique la recommandation européenne de 1999 qui préconise que l’intensité du champ électrique ne soit pas supérieure à 41 V/m pour les antennes de 900 Mhz et de 58 V/m pour celles de 1 800 Mhz. Mais la Suisse, par exemple, limite, en revanche, cette valeur à 4 V/m, et l’Italie à 6 V/m.
Ces différences importantes tiennent, probablement, à l’incertitude dans laquelle nous sommes encore quant aux conséquences sanitaires résultant de la proximité des antennes-relais. Et, vraisemblablement, cette inquiétude est à la base des jugements rendus ces derniers mois, ayant conduit à l’interdiction ou au démontage d’antennes-relais : une disposition qui exprime le souhait des juges d’appliquer le principe de précaution en attendant d’en savoir plus.

Pour les habitations il est recommandé d’arriver à ne pas dépasser une exposition moyenne de 0,2 V/m soit environ 1 uW/m² ou 100 uW/cm²

Certains moyens permettent d’atténuer les ondes électromagnétiques hyperfréquences (des rideaux en tissus spéciaux ou des peintures à base de métal ou de carbonne).

Vous trouverez ces différents articles contre les hyperfréquences, spécialement étudier pour les personnes électrosensibles sur les sites marchands : Electromagnétique.com et bien d’autres.

Extraits sonores que l’on peut entendre avec
des mesureurs HF

Catégories
Informations

Les champs magnétiques

Même si la notion de champ magnétique est très abstraite, toutefois nous la connaissons bien. Une simple boussole nous manifeste d’une manière très concrète la présence du champ magnétique terrestre, ce champ continu à une valeur comprise entre 400 et 700 mG selon l’endroit de la terre où l’on se trouve. Mais il existe d’autres champs magnétiques. Placer par exemple une boussole devant un téléviseur ou un câble électrique alimentant un appareil en fonction, vous verrez l’aiguille de la boussole être déviée. On utilise les champs magnétiques en particulier pour les transformateurs et aussi les moteurs électriques.

Dans tout fil électrique où circule un courant, un champ magnétique est généré. Selon que le courant est continu ou alternatif, il va donc exister deux sortes de champs magnétiques:
        l’un constant généré par un aimant ou un courant continu ou par la terre ; 
        et l’autre un champ variable puisqu’il est généré par un courant alternatif (en France il est de 50 hertz, c’est a dire qu’il change du + au – 50 fois par seconde).

Cette distinction entre champs magnétique constant et variable est très importante, car les effets ne sont pas du tout les mêmes. Seuls les champs magnétiques variables posent un problème, car ils induisent des perturbations dans tout corps conducteur d’électricité, donc dans les être vivants.

La champ magnétique est proportionnel à l’intensité du courant (les ampères ou l’ampérage du courant), c’est-à-dire le passage du courant à l’intérieur du fil. Dans un fil de lampe, le champ magnétique ne sera existant que lorsque la lampe sera allumée.

Le champ magnétique est donc la conséquence directe de la consommation d’électricité et il variera en proportion de la consommation. Par exemple, une ligne haute tension aura un champ magnétique plus important l’hiver que l’été, car les abonnés consomment plus de courant en hiver qu’en été. Ou encore, « l’intensité du champ magnétique rayonnée par un sèche-cheveux pourra être, à égale distance, multipliée jusqu’à sept fois en fonction de la puissance qui aura été sélectionnée. » (Thierry GAUTIER, Guide pratique de l’habitat sans nocivité pour la santé, p 18).

Les lignes « très hautes » et « basses » tension génèrent des champs magnétiques mais aussi les transformateurs (tous ces petits transformateurs que nous utilisons de plus en plus pour nos téléphones, ordinateurs portables, appareils pour écouter bébé, lampes allogènes et qui fournissent un courant basse tension, génèrent de très forts champs magnétiques), les moteurs électriques et les appareils qui comportent des bobinages.

L’unité de mesure des champs magnétiques est le milligauss (mG). On peut aussi employer le microtesla (uT) et le nanotesla (nT) 

1uT= 1000 nT = 10 mG

Il faut aussi noter que les champs magnétiques sont en proportion de la distance qui existe entre les deux fils (ou trois pour le triphasé). Sur une ligne de haute tension les champs magnétiques sont d’autant plus élevés qu’il existe une grande distance de sécurité entre les fils. Pareillement pour les spots allogènes branchés sur deux câbles plus ou moins tendus, les champs magnétiques sont d’autant plus intenses. 

« Donc plus les fils d’une ligne électrique sont éloignés les uns des autres et plus le champ magnétique sera important (cas d’une ligne très haute tension). Au contraire, plus les conducteurs électriques serons resserrés, moins le champ magnétique est intense. Lorsque les fils sont torsadés, le champs magnétique est presque neutralisé. »(Claude BOSSARD, Guide de l’électricité biocompatible, p.50).

Une autre propriété des champs magnétiques est de pouvoir à l’inverse des champs électriques, traverser la plupart des matériaux sans être atténués. Les murs et les différent matériaux de construction n’arrêtent pas les champs magnétiques. Seul certains matériaux spéciaux, à grande perméabilité magnétique, peuvent modifier et atténuer les champs magnétiques (comme le Mu-métal, le fer doux ou le ferrite ).

Le mu-métal est en alliage de nikckel-fer-molybdène, de faible épaisseur, subissant un traitement thermique. Le fer doux : c’est du fer industriel éliminant les impureté, 50 fois moins efficace que le mu-métal et 30 fois moins cher. Les matériaux composite au silicium, à grains orientés en sens inverse, sous brevet EDF, 100 fois moins perméable que le mu-métal, mais adapté au type de blindage pour les transformateurs haute tension du réseau l’EDF.

Source:  Le guide de l’habitat sain, p.204

Catégories
Informations

Les champs électriques

On appelle « champ » un espace dans lequel s’exerce une influence.

Dès qu’un câble électrique ou un appareil est sous tension (c’est à dire branché au réseau électrique), il y a un champ électrique. Plus la tension est élevée, plus le rayonnement est intense. Par exemple une ligne haute tension de 400 000 volt rayonne davantage qu’une ligne de moyenne tension de 20 000 volt.

L’unité de mesure des champs électriques est le volt par mètre (V/m)

Le rayonnement du champ électrique diminue très rapidement dès que l’on s’éloigne de la source. Par exemple une lampe de chevet allumée rayonne 60 V/m à 5cm et 5 V/m à 70 cm.

Une cloison placoplatre où passent des câbles électriquesjusqu’à 80cm
Champ électrique en  V/m
à 20 cm

à 50 cm

à 1 m
Lampe en métal (sans connexion à la terre)
50 à 220

10 à 50
2 à 8
Lampe en métal (avec connexion à la terre)
0 à 4

0 à 1
0
Un lampadaire halogène (non relié à la terre)20 à 80
Lampe en bois30 à 806 à 201 à 3
Radio réveil13 à 803 à 220 à 4
Chaîne Hi-fi15 à 1205 à 501 à 6
Convecteur (radiateur) de classe II (non relier à la terre)40 à 2007 à 601 à 10

Les champs électrique peuvent être plus ou moins stoppés selon que les matériaux qu’ils rencontrent sont eux mêmes plus ou moins conducteurs ou reliés à la terre. (Ceux-ci à l’inverse des champs magnétiques. Ces derniers ne sont pas stoppés par les structures ordinaires de nos habitations).

 Il faut faire attention car il y a des matériaux qui rayonnent plus que d’autres les champs électriques:

  • en premier on retrouve bien sûr les structures métalliques qui peuvent rayonner très loin le champ électrique de certains fils électriques ou d’appareils comme les luminaires.
  • Le bois diffuse aussi très bien les champs électriques en raison de son taux d’humidité résiduelle et de sa structure fibreuse.
  • Par contre les murs et cloisons en brique, en terre ou en maçonnerie ne diffusent pas les champs électriques émis par les conducteurs encastrés les mettant naturellement à la terre.

grille de lecture de l’atténuation en fonction des matériaux
MatériauxChamps électriques Basses FréquencesChamps magnétiques Basses FréquencesChamps électromagnétiques Hautes Fréquences
BriqueForte si murs sur fondationsAucune Atténuation
BétonForte si treillis à la terre Aucune Atténuation
Terre crue Forte si murs sur fondations Aucune Atténuation
Pierre Forte si murs sur fondationsAucune Atténuation
Cloison sèche (placo, fermacell)FaibleAucuneAucune
BoisAucuneAucuneAucune